Nous contacter : 01 44 17 58 44 – formation@executivecoop.coop

Portrait d’un Responsable Formation de coopérative agricole et focus sur la mesure du ROI de son plan de formation

Azim Naim est responsable des formations professionnelles pour le groupe Dijon Céréales. A ce titre, il met tout en œuvre pour concilier l’épanouissement des salariés et la réalisation des objectifs stratégiques de la coopérative et de ses filiales. L’évaluation « à chaud » et surtout « à froid » des formations est pour lui un outil essentiel pour en mesurer le retour sur investissement alors que Dijon Céréales investit chaque année entre 2 et 3 % de la masse salariale dans la formation professionnelle.

 

Quelle est la place de la formation professionnelle dans le groupe Dijon Céréales ?

Tout d’abord nos métiers sont très réglementés et l’une de mes missions est d’assurer le suivi des certificats obligatoires de nos salariés. Ensuite, dans un contexte agricole soumis aux aléas climatiques et aux variations du marché, la montée en compétence des salariés est un axe essentiel pour faire face aux évolutions nécessaires. Donner les moyens à un salarié d’être bien à son poste et efficace sert à la fois son épanouissement personnel et les objectifs de la coopérative.

Enfin les 650 salariés du groupe sont répartis entre différentes filiales et sites. La formation professionnelle a donc également un rôle important à jouer pour rapprocher les collaborateurs et fluidifier les relations humaines. Les formations collectives sont des moments privilégiés pour se connaître et partager des objectifs communs.

Quels sont vos critères pour mesurer la montée en compétence des salariés ?

La formation professionnelle est un investissement et il est cohérent d’en mesurer l’efficacité. Pour cette raison, nous demandons bien sûr systématiquement l’avis des salariés à chaud à l’issue de la formation. C’est important mais pas suffisant pour savoir si cela lui a permis de progresser. Environ six mois plus tard, nous essayons d’évaluer avec l’aide de son manager direct si les nouveaux acquis du salarié ont réellement été intégrés dans son travail, s’il a gagné en aisance à son poste et en efficacité. Ce retour nous aide à corriger le programme de la formation si nécessaire, éventuellement à construire la suite du projet de formation du salarié. Mais il permet aussi parfois de repérer d’autres freins et d’identifier des leviers complémentaires pour permettre au salarié de progresser. Cela peut être par exemple une évolution de son encadrement ou de son environnement professionnel.

Comment gérez-vous toutes ces informations collectées ?

Ces évaluations sont des outils précieux de pilotage de la formation professionnelle mais le traitement de toutes ces données demande beaucoup de temps.

Nous travaillons actuellement avec Opcalim* sur la construction d’un outil d’évaluation pour formaliser cette remontée d’information. L’objectif est de permettre également au salarié lui-même, quelques mois plus tard, de donner simplement et rapidement son avis sur la formation suivie. Nous espérons aussi rendre la synthèse de ces informations plus lisible de façon à favoriser la prise de recul et la mesure de l’efficacité de la formation professionnelle.

 

Azim NAIM – Responsable Formation, Dijon Céréales.

 

Retrouvez toutes les offres de formation Services Coop de France sur :

https://www.servicescoopdefrance.coop/formations/

 

 

Rédaction Watts-New

Par Adrien Nicey
Le 23/08/2017